Jacques DUMAS – Responsable-adjoint du département Advanced BioInnovation & Technologies et chef du service Protein Sciences & Technology, Sanofi R&D

Comment avez-vous découvert le Mind Mapping ?

J’ai découvert le Mind Mapping lors d’une formation sur les présentations à fort enjeu, et immédiatement conquis par la puissance communicatrice ainsi que par l’aide à la mémorisation qu’offre le Mind Mapping. J’ai alors fait des recherches sur internet pour en savoir plus, et recherché des ouvrages sur le sujet. Après quelques essais sur le papier j’ai rapidement ressenti l’envie d’apprendre comment réaliser de bonnes cartes et optimiser leur utilisation. Je me suis donc mis en quête sur internet d’organismes de formation. Signos m’a paru par la clarté dans la  façon de présenter les choses, l’organisme qui m’inspirait le plus de professionnalisme et offrant des formations correspondant à mes attentes.

Pour quels besoins utilisez-vous le Mind Mapping ?

Qu’il s’agisse de présentations de projets aux divers comités et instances décisionnelles ou congrès scientifiques, de brainstorming, de management de projet ou d’équipes, d’organisation du travail, de résolution de problème, d’évaluation des résultats ou des compétences, de structuration de cours, de prises de notes… le Mapping me permet un gain de temps et d’efficacité considérable.

Mieux communiquer professionnellement

J’utilise le mapping pour préparer des cours ou présentations. Je recherche la clarté des messages, des synthèses visuelles évitant les longs discours, afin de gagner en temps et en force de conviction. Ma mémorisation personnelle est bien meilleure, et j’espère donc que celle des auditoires s’en trouvera aussi améliorée.

Piloter tous mes projets

Pour le suivi des projets que mon équipe a en charge, soit environ 60 projets. Il m’est apparu beaucoup plus synthétique et facile d’avoir une vue d’ensemble du portefeuille, et grâce à des marqueurs  (indicateurs) colorés des proportions de projets terminés, en cours, en difficulté éventuelle, sur une Map plutôt que sur plusieurs pages en linéaire. Ainsi je peux dire en une minute quelle est la situation et focaliser sur les problèmes à résoudre. De même je peux visuellement montrer à ma hiérarchie ou mes collaborateurs mon « tableau de bord ». Avec le Mind Mapping, chacun peut faire une évaluation instantanée de la situation.

Aide pour l’évualation et l’auto-évaluation

J’utilise aussi beaucoup le Mapping pour mon auto-évaluation de performance et les évaluations de performances de mes collaborateurs. Cela permet de voir en une seule page l’ensemble, dégager les forces et faiblesses et établir les orientations prioritaires pour les plans de formation.

Mon entretien de suivi mensuel avec ma hiérarchie est structuré et simplifié, donc plus clair et convaincant, j’en suis persuadé. Idem pour les évaluations de performance et la préparation des objectifs annuels. Progressivement de plus en plus de personnes s’y mettent et l’entreprise a enfin pris en compte cette demande (tendance) en mettant en place des offres de formation.

Pédagogie

Coté associatif, je suis membre de la fédération Française de Plongée. Aussi  bien des membres du comité directeur de la Fédération que des journalistes et instructeurs ont été conquis et se sont mis au Mapping. Le comité directeur l’utilise pour la prise de note et animation de réunion. Les instructeurs l’utilisent dans les stages pédagogiques pour l’organisation et les évaluations de leurs élèves.

Nous entendons souvent parlé de la « peur » du regard des autres sur cette pratique. Quelle est la perception de vos collègues sur le Mind Mapping à ce sujet ?

Après très peu de temps, l’intérêt s’est développé rapidement. Tous les cadres de mon service ont suivi ou vont suivre une formation car ils ont été convaincus et ont apprécié l’impact sur mes présentations. Certains m’ont demandé quelle était ma technique de communication en remarquant la différence avec bien d’autres présentations « classiques » dont mes messages sont dilués. Ma hiérarchie a aussi été attirée par la méthodologie.

Pour conclure, que voudriez-vous rajouter ?

Un regret, celui que l’on ne m’ait pas enseigné le Mind Mapping dès le collège ou le lycée, mais en tous cas lors des études supérieures, car cela m’aurait bien aidé.

La source Tous les témoignages

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Prouvez que vous n’êtes pas un robot. * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Accepter

Send this to a friend